Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

LA MENACE DJIHADISTE DOIT RESTER HORS DE NOS FRONTIERES !!!

Ce n’est plus un secret pour personne et encore moins pour les services de police et les renseignements généraux, des cellules salafistes recrutent des jeunes français pour les envoyer se battre au titre d’un islamisme fondamentaliste.

Peu importe leur origine et le moyen de recrutement le champ est large entre les mosquées et le web.

**Des plateformes d’appels aux candidatures et des sites divers appelant à rejoindre les rangs des djihadistes se répartissent sur Facebook, Twitter et autres moins connus.

On leur facilite le chemin pour se rendre en Syrie par la Turquie, dont la frontière est une vraie passoire et les visas pas nécessaires.

François HOLLANDE est actuellement en Turquie. Il devrait exiger des comptes à ce pays qui, soi-disant, tient tellement à devenir membre de l’Union Européenne, mais qui sert également de base arrière à ces djihadistes qui viendront plus tard s’inviter chez nous… Plus de 200 Français combattent actuellement an Syrie sous le contrôle d’Al Qaïda.

Ils sont surveillés (*) par la DCRI (Direction Centrale des Renseignements Intérieurs)

Une de leurs principales motivations est de tuer des chrétiens.

Certains se font tuer, d’autres resteront dans ces pays annexés mais nombreux sont ceux qui reviendront en France tout disposés à poursuivre leur combat, à distiller leur propagande et à rejoindre les bandes organisées de délinquants.

En Syrie, parmi les rebelles, se fabrique les terroristes islamistes de demain.

Il est prouvé qu’ils rejettent tous les efforts pour les éloigner de l’extrémisme mais ce sont des terroristes potentiels, donc un danger permanent pour notre pays. Ils seront prêts à passer à l’action dès leur retour en Europe car ils haïssent les sociétés occidentales et mettent en danger la sécurité de notre pays.

Ils ont été instruits à la fabrication des voitures piégées et aux vestes suicides lestées de bombes.

Ils sont prêts à se sacrifier pour rejoindre le paradis l’Allah !

Ne pas oublier que les attentats les plus meurtriers sont ceux de Madrid, de Londres et celui du 11 septembre 2001, qui ont été perpétrés par d’anciens du djihad islamique.

L’Angleterre, par sa ministre de l’Intérieur, a pris des dispositions draconiennes : retrait de la nationalité. Car la nationalité est un privilège qui peut être retiré. 37 cas de retraits se sont déjà produits et les djihadistes concernés ne peuvent plus revenir en Grande Bretagne.

En France nous avons une loi qui, si on l’appliquait ne permettrait plus à ces jeunes de revenir.

Ces jeunes sont capables de prendre leurs responsabilités quand il s’agit de s’engager dans d’autres armées que la nôtre, il faut qu’ils sachent qu’ils ne pourront plus revenir après avoir exercé une activité criminelle ailleurs.

**De par l’Article 25... Modifié par Loi n°98-170 du 16 mars 1998 - art. 23 JORF 17 mars 1998 en vigueur le 1er septembre 1998, il n’est pas nécessaire de légiférer pour leur retirer la nationalité française :

-L'individu qui a acquis la qualité de Français peut, par décret pris après avis conforme du Conseil d'Etat, être déchu de la nationalité française.

1° S'il est condamné pour un acte qualifié de crime ou délit constituant une atteinte aux intérêts fondamentaux de la Nation ou pour un crime ou un délit constituant un acte de terrorisme.

2° S'il est condamné pour un acte qualifié de crime ou délit prévu et réprimé par le chapitre II du titre III du livre IV du code pénal.

4° S'il s'est livré au profit d'un Etat étranger à des actes incompatibles avec la qualité de Français et préjudiciables aux intérêts de la France.

*Article 25-1... Modifié par Loi n°2006-64 du 23 janvier 2006 - art. 21 JORF 24 janvier 2006 La déchéance n'est encourue que si les faits reprochés à l'intéressé et visés à l'article 25 se sont produits antérieurement à l'acquisition de la nationalité française ou dans le délai de dix ans à compter de la date de cette acquisition.

Elle ne peut être prononcée que dans le délai de dix ans à compter de la perpétration desdits faits. Si les faits reprochés à l'intéressé sont visés au 1° de l'article 25, les délais mentionnés aux deux alinéas précédents sont portés à quinze ans.

Pour tous ceux qui ne la connaissent pas ou qui ne veulent pas s’en souvenir, cette loi peut être appliquée également aux assassins de crimes de sang, violeurs et récidivistes…c’est ce que l’on appelle la « double peine » qui n’est jamais ordonnée et qui pourtant nous débarrasserait d’un grand nombre de criminels.

Partager cet article

Repost 0