Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

LA REMISE EN LIBERTE « PAR ERREUR » D’UN CRIMINEL N’EST NI JUSTIFIABLE NI EXCUSABLE !

Le principal suspect d’un meurtre commis en 2011, dans le département de Seine-Saint-Denis, vient d’être libéré à cause d’un manque d’encre dans un télécopieur…

Et ce n’est pas une plaisanterie !!!

Pour son avocat sa remise en liberté n’est pas choquante… Mais si, Maître, elle est très choquante !

Non seulement, grâce aux décisions laxistes affichées par la garde des sceaux, on ne met plus en prison des milliers de délinquants qui devraient y aller, mais, ce qui est bien plus grave c’est que l’on remette en liberté de trop nombreux criminels qui devraient y rester et pour la seule raison « d’erreurs administratives » ou de « bugs juridiques ».

Il est trop facile pour les magistrats de rejeter leurs fautes, leurs erreurs, sur le manque de moyen et il y a tout de même des assistants qui devraient être plus consciencieux dans leur travail. Quand un magistrat prend un dossier en main il se doit de le conduire à bonne fin, sans faute ni erreur si possible.

Qu’un magistrat soit tenu pour responsable de ses erreurs est une évidence mais pas totalement de la remise en liberté de criminels avérés coupables, sur ce point-là les avocats jouent un rôle pervers dans ce processus ‘’d’erreur de procédures’’.

En effet, ces derniers recherchant systématiquement la moindre erreur de procédure, la plus petite faute d’inattention, le délai dépassé de quelques heures, afin d’exiger la remise en liberté de leur « client », alors qu’ils les savent coupable ?

**Messieurs les Avocats, Vous outrepassez non pas vos droits mais vos devoirs et vous vous mettez ainsi au service des criminels.

Votre devoir n’est pas d’aller rechercher la moindre petite faute d’écriture ou de procédure pour permettre à un violeur, un marchand de mort, un assassin, un récidiviste, d’être remis en liberté.

« La procédure doit être respectée. C’est elle qui nous protège tous dans une démocratie » soulignée d’un beau gestuel de la manche.

« C’est une très bonne décision », s’est réjoui l’avocat d’un prévenu de tentative de meurtre sur un militaire, libéré pour une erreur de procédure.

**Non messieurs les avocats, ce ne sont pas de bonnes décisions que celles qui permettent de remettre en liberté des criminels.

**Les bonnes décisions sont celles qui nous protègent, celles qui mettent les criminels hors d’état de nuire, donc qu’ils restent en prison. Votre rôle est de défendre la veuve, l’orphelin, l’innocent pas de faire libérer les coupables !

Vous ronronnez quand vous entendez cette phrase dans la bouche d’un criminel : «Ah ! Il est fort mon avocat…tu as vu comme il les a eus ? » Non, chers Maîtres, vous n’êtes pas fort, vous vous faites les complices des prochains méfaits de « vos clients ».

Il serait plus profitable à la société que vous informiez les magistrats de l’erreur que vous avez intelligemment relevée afin qu’elle soit rectifiée dans les plus brefs délais, respectant ainsi la tâche ardue des magistrats et des policiers.

Cela devrait être inscrit et rendu obligatoire par une loi.

Loin de moi la prétention de juger ces magistrats et ces avocats mais ne sont-ils pas blâmables d’avoir permis la remise en liberté de criminels ?

Les premiers par «erreurs» les seconds par «irréflexions».

Ce n’est pas un combat pour la justice qui est mené dans de tels cas mais contre la justice, contre les victimes, contre les citoyens.

**nous avons une « police des polices » qui fonctionne parfaitement pourquoi ne pas créer un « magistrat des magistrats » dont la fonction serait de sanctionner les erreurs de procédures et les décisions iniques qui permettent la remise en liberté de trop nombreux criminels ?

Que l’on prenne garde, car dans un pays où la justice ne joue plus son rôle protecteur c’est le citoyen qui va essayer d’y remédier !

Partager cet article

Repost 0