Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

AU POKER MENTEUR POUTINE RELANCE ET GAGNE.

Les dirigeants européens et nord-américains paraissent surpris de la réaction autoritaire de Vladimir Poutine !

Mais comment pouvait-il se comporter autrement ?

Ils pensaient que le peuple réunit Place Maidan soutenu par des groupes extrémistes prêts à en découdre et à prendre les premiers coups, suffirait à renverser le pouvoir en place qu’ils étaient arrivés à faire fuir.

Mais cela ne pouvait pas être accepté ni par la très grande majorité des ukrainiens pro-russes et encore moins par la Russie de Vladimir Poutine.

Un nouveau gouvernement a remplacé celui de Ianoukovitch et Arseni Iatseniouk en a pris la direction sans que la totalité des ukrainiens ait été consultés.

Immédiatement et dans leur grande naïveté, ils se sont empressés de reconnaitre ce nouveau gouvernement, mis en place à Kiev.

Aucun n’a pris en compte que les premiers intéressés ne seraient pas d’accord sur le fait de voir se volatiliser leurs intérêts militaires et économiques.

Or ce nouveau gouvernement manque à tel point de maturité politique que sa première décision nationale a été d’imposer la langue ukrainienne et d’interdire l’idiome russe. Une aberration de taille dans un pays où 60% de la population parle russe.

**Vladimir Poutine a eu l’occasion de juger l’engagement guerrier des occidentaux lors de l’affaire syrienne et a pu constater leur division sur les décisions à prendre. Il a parfaitement compris qu’une confrontation militaire ne sera jamais une option retenue, il avance donc ses pions avec une stratégie toute psychologique.

Il peut renouveler en Ukraine ce qui lui a permis de réussir en Géorgie. Il possède le moyen de réduire à néant, grâce à la CYBERGUERRE, tout le système informatique militaire ukrainien.

**Lorsqu’il emploiera cet atout ce sera le signal qu’il est prêt à ordonner l’envahissement militaire mais cela les états-majors militaires de nos armées le savent. Ils n’ont qu’à attendre… et laisser faire.

Fin mars un référendum offrira la Crimée à la Russie et rien ne permet d’affirmer que l’autre référendum, celui de mai, poussera l’Ukraine de Kiev vers l’Union Européenne.

En espérant qu’un malencontreux coup de feu, tiré d’on ne sait où vers on ne sait qui, ne déclenche un massacre incontrôlable.

Nous avons malheureusement connu ce schéma à Alger, le 26 mars 1962, avec pour chef d’orchestre Christian Fouchet sous les ordres de De Gaulle et l’on sait comment cela s’est terminé !

Partager cet article

Repost 0