Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L’ESPAGNE AU BORD DU GOUFFRE.

*Stefanie Claudia Müller, économiste et correspondante allemande à Madrid, nous explique pourquoi l’Espagne risque de ne plus recevoir d’aide de l’Union Européenne si elle ne réforme pas totalement son système politique, actuellement entre les mains d’une oligarchie politique alliée à une oligarchie économique et financière qui endette le peuple espagnol pour des générations à venir.

Les vraies raisons de la crise du pays n’ont rien à voir avec des salaires trop hauts (60% de la population gagnent moins de 1000 euros/mois), ni des pensions trop élevées (moyenne nationale moins de 785 euros/mois). Elles se trouvent dans un modèle d’Etat invivable par son despotisme et sa corruption qui interdit toute séparation des pouvoirs et met le judiciaire et les organismes de contrôle à son service.

Elle doit réformer à fond son « millefeuille » administratif des régions qui sont hors tout contrôle et pour la majorité en banqueroute. Les régions, les conseils municipaux et les députations sont responsables des deux tiers de la dépense publique (234.000 millions d’euros contre 118.000 millions pour l’Etat – chiffres 2011), en excluant le déficit de la Sécurité Sociale qui est de 23.000 millions. Il s’agit, d’après Stefanie, d’un gaspillage incontrôlé dû pour une grande part à la corruption.

Les 17 régions, totalement indépendantes de tout contrôle et dont tous les coûts sont multipliés par 17 pour de nombreux services identiques, qui comptent 4000 entreprises politiques employant 520.000 personnes, 30.000 voitures officielles, 50 canaux de TV tous déficitaires, et dont le coût total s’est élevé à 120.000 millions d’euros, l’équivalent de 11,4% du PIB.

Le deuxième problème épineux de ce pays et le sort des banques, très politisées et pratiquement en faillite, qui ne doivent plus être soutenues par l’Etat avec l’argent public (Exemple : BANKIA 23.000 millions – CAM 16.000 millions, etc.) et qui refusent toutes enquêtes de l’Union Européenne.

Le déficit de l’Etat s’est élevé à 4,62% du PIB contre les 3,5% promis à l’UE (Il est de 6,3% dans le « millefeuille régional »)

L’Espagne dépense le double (101.000 millions) pour 52.000 millions de recettes afin de financer également ce « millefeuille ».

Le gouvernement de Mariano Rajoy justifie la très forte augmentation des impôts par la pression imposée par l’UE alors que la plus grande partie des aides est détournée au profit d’une corruption scandaleuse, au sein même du gouvernement.

Après plusieurs manipulations le déficit public pourrait dépasser les 11% et le pays se dirige au grand galop vers une Grèce puissance 5 qui entraînerait l’Europe dans sa chute.

Or ce pays ne manque ni de talents ni de capacités et ce n’est pas la « mentalité supposée des espagnols à faire la fête » qui conduit le pays vers la pire crise économique de son histoire, mais une classe politique incompétente et corrompue qui ruine la nation pour plusieurs générations.

Et si nous parlions un peu de la France ?

Partager cet article

Repost 0