Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pour les socialistes être aisé c’est gagner à deux 6000 euros/mois !!!

Emmanuel MACRON : « Pour trouver de l'argent, il arrive un moment ou tripoter ne suffit plus. J'aimerais que Monsieur le ministre m'explique comment on s'y prend pour dépenser encore quand on est déjà endetté jusqu'au cou… »

Michel SAPIN : « Quand on est un simple mortel, bien sûr, et qu'on est couvert de dettes, on va en prison. Mais l'État, lui, c'est différent. On ne peut pas jeter l'État en prison. Alors, il continue, il creuse la dette ! Tous les États font ça. »

MACRON : « Ah oui ? Vous croyez ? Cependant, il nous faut de l'argent. Et comment en trouver quand on a déjà créé tous les impôts imaginables ? »

SAPIN : « On en crée d'autres. »

MACRON : « Nous ne pouvons pas taxer les pauvres plus qu'ils ne le sont déjà. »

SAPIN : « Oui, c’est vrai, c'est impossible ! »

MACRON : « Alors, les riches ? »

SAPIN : « Les riches, non plus. Ils ne dépenseraient plus. Un riche qui dépense fait vivre des centaines de pauvres ! »

MACRON : « Mais alors, comment fait-on ? »

SAPIN : « Il y a quantité de gens qui sont entre les deux, ni pauvres, ni riches…Des Français qui travaillent, rêvant d'être riches et redoutant d'être pauvres ! C'est ceux-là que nous devons taxer, encore plus, toujours plus ! Ceux-là… plus tu leur prends, plus ils travaillent pour compenser; c'est un réservoir inépuisable. »

Bien entendu ce dialogue n’a jamais eu lieu entre Emmanuel Macron et Michel Sapin mais remplacez ces deux patronymes par Colbert et Mazarin et il est absolument authentique, sans avoir pris une seule ride après quatre siècles..

(Le diable rouge pièce d’Antoine Rault)

Les siècles passent mais le résultat est toujours identique ce sont les mêmes qui paient : les classes moyennes et les mêmes qui se remplissent les poches !!!

Pour ce gouvernement socialiste être aisé c’est gagner à deux 6000 euros/mois et pour être très aisés 8000 euros/mois, mais bruts ou nets rien n’a été précisé sur le sujet.

Ainsi après la baisse du quotient familial ce sont les allocations qui sont divisées par deux et par quatre.

En exemple : Je suis en couple avec deux enfants et nous gagnons 6000 euros mensuels. Messieurs du gouvernement avez-vous fait le compte de ce qu’il nous reste pour vivre ? **6000 nets : (calcul approximatif) Impôts (500), loyer (1500), frais fixes (électricité, eau, taxe d’habitation, charges locatives, voitures, assurances, complémentaires, téléphone, internet etc. (2000) Il nous reste en variable (nourriture, vêtements, carburant, loisirs, vacances, etc..) pour finir le mois environ 2000 euros, pour quatre personnes dont deux enfants.

S’il s’agit d’un salaire « brut » il ne nous resterait qu’environ 1000 euros/mois.

Pas facile d’épargner dans de telles conditions !

Bien entendu je ne me plains pas.

**Je sais, vous allez me dire que nombreux sont ceux qui ne les ont pas mais nombreux sont ceux qui en ont autant, sinon davantage, « sans travailler ».

Liberté-Egalité-Fraternité, c’est la devise de la République.

Fraternité : avec nos salaires nous payons pour les Français qui ont moins, qui n’ont presque rien, et même pour les autres…de plus en plus nombreux !

Egalité : Jusqu’à aujourd’hui il y avait une sorte d’égalité : on me retenait sur mon salaire pour que je puisse « encaisser » comme tout le monde, dorénavant on me retiendra les mêmes sommes pour que je puisse « encaisser » moitié moins ! Et puisqu’il s’agit d’égalité, suis-je l’égal d’un fonctionnaire sur de nombreux points ?

Liberté : Libre de penser certes, mais pour combien de temps encore ? Mais pas libre d’écrire et de dire ce que je pense…et ce que je pense ne plairait pas à beaucoup !

Partager cet article

Repost 0