Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

NE PAS CONFONDRE TORTURE ET BARBARIE !

Est-ce que la torture est de la barbarie ? Certainement pas.

La barbarie c’est la cruauté à l’état pur.

**La barbarie c’est tuer, assassiner, massacrer avec la délectation de la puissance, une joie sadique, une jubilation à voir la souffrance physique et morale de la victime.

**La barbarie c’est torturer, lapider, sectionner, décapiter, etc. dans le seul but de s’imposer par le crime, d’asservir une population par la terreur, de la réduire à l’esclavage, à l’obéissance aveugle. Non pas pour sauver des vies humaines mais tout au contraire afin d’éliminer par le sabre, le sang et le viol, toute population, toute ethnie, enfants, femmes, hommes, qui n’acceptent pas les préceptes en vigueur (loi, force, religion).

Ce qui est pratiqué actuellement par DAESH, BOKO HARAM et autres djihadistes est de la cruauté donc de la barbarie !

**Depuis 50 ans je ne cesse d’écrire et de dire que la torture est ignoble, abominable, quand elle est utilisée à des fins idéologiques, politiques, policières et sadiques. En revanche elle devient plus que nécessaire quand elle est appliquée pour sauver des vies humaines menacées à court terme.

Sauver la vie de cent, dix mais même d’une seule personne, justifie l’emploi de la torture, si elle est la seule solution pour y parvenir.

Ne vous méprenez pas, loin de moi l’idée même de faire l’apologie de l’horreur qu’est la torture, mais uniquement de souligner la terrible constatation de son utilité dans les circonstances bien particulières que je viens de citer.

Tous les discours d’une débilité consternante qui tendent à prouver que la torture ne donne aucun résultat satisfaisant sont d’une absurdité inouïe. Personne ne peut résister à une torture et on ne peut s’y soustraire que par la mort (avant de la subir ou pendant)

**Peut-on affirmer que Les « vivants » qui ont survécu à la torture ont toujours parlé ? Il est probable que oui.

Qui peut endurer les souffrances inimaginables de fins roseaux enfoncés sous les ongles des doigts et des orteils. Des décharges électriques sur les parties génitales. La tête plongée dans une baignoire durant de longues minutes, jusqu’à la noyade. Les brûlures de cigarettes sur toutes les parties sensibles. Une aiguille qui s’approche lentement de votre œil pour le crever. Et j’en passe des pires et des plus horribles car la liste serait trop longue et insupportable ? Personne, quel que soit son courage, sa volonté, son patriotisme ne peut résister à cela.

**L’analyse de Philippe Bilger, vendredi sur « Boulevard Voltaire », concernant la torture est intéressante. Il se pose la question de savoir quelle serait sa décision s’il se trouvait devant la situation d’appliquer la torture pour sauver des vies humaines ? Toutes réflexions faites, dans son confortable fauteuil (je le suppose !), il pense qu’il s’abstiendrait.

*Et bien non, cher Philippe, à partir du moment où vous vous posez la question c’est que mis en présence d’une telle situation critique : sauver une ou plusieurs vies menacées dans les heures qui suivent par un terroriste que vous tenez entre vos mains, vous prendriez la seule décision qui s’imposerait : le faire parler.

Marine Le Pen a eu raison de dire ce qu’elle a dit et tort de s’être rétracter. C’est toute la différence avec son père.

Comme d’habitude, les bonnes consciences, les biens pensants, montent au créneau dès que le mot torture est prononcé mais trouvent toujours des éléments de compréhension quand il s’agit de barbarie… Allez comprendre !

Partager cet article

Repost 0