Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

LA COMPLAINTE DE JEAN-MARIE.

Vous avez pris le parti de prononcer des paroles dures, terribles, contre votre fille, souhaitant même qu’elle perde votre nom (Or Marine sans Le Pen ne serait plus Marine !).

Vous avez souhaité sa défaite et la déroute de votre parti.

Vous n’avez pas hésité à parler de félonie, de trahison.

Votre sortie comble de joie les médias qui n’ont jamais été très tendres avec vous et votre parti et n’ont cessé de le diaboliser, de l’extrémiser, de le discréditer. Vous leur avez ouvert un boulevard. Ils se délectent de vos phrases assassines et se précipitent pour tenter de descendre en flèche le FN et sa présidente.

Ne les aidez pas à nous « Hollandiser », à nous faire « Vallser » et à nous « Taubiraser » cinq années de plus, cela serait insupportable !

Ne nous faites pas supporter durant encore un quinquenat les copains et les coquins de l’UMPS.

Devant la tournure que les évènements prennent vous devriez partir la tête haute et dans un silence méprisant « Le silence n’est-il pas le plus grand des mépris ? ».

Le rôle d’un chef est de se sacrifier, si son sacrifice doit apporter la victoire à ses troupes !

Aujourd’hui votre fille, Marine, est à la tête du Front National et mène le combat à votre place et votre petite fille, Marion, à un brillant avenir qui se dessine.

**Nous sommes fiers du combattant que vous avez toujours été contre notre ennemi commun, De Gaulle, et tout comme vous nous éprouvons une certaine répulsion devant les hommages que certains « nouveaux » s’obligent à lui rendre lors de chaque anniversaire de sa disparition.

N’attendez pas la réunion qui doit décider de votre destitution. Ne les mettez pas devant la difficulté d’avoir à se prononcer, certains avec beaucoup de peine (Evitez leurs ces remords).

Prenez les devants et démissionnez ! Partez en vainqueur et non en vaincu !

Nous nous sommes rencontrés pour la première fois en 1965. Vous faisiez campagne pour Jean-Louis Tixier-Vignancourt et j’organisais son meeting à Cannes sur le front de mer du Boulevard Gazagnaire et sous un chapiteau.

Nous sommes donc des « vieux de la vieille » et sachez que je comprends parfaitement que vous soyez outré, meurtri même, par votre éviction du parti que vous avez contribué à fonder et dont vous avez été le premier président et le percutant animateur durant quelques décennies.

Cela n’a pas été une marche facile jusqu’à votre heure de gloire en 2002, car disputer le titre face à Jacques Chirac aura été le grand défit. Vous saviez que vos chances étaient nulles face au front républicain mais vous vous êtes battu jusqu’au bout.

**J’espère que vous aurez la satisfaction de voir cet enfant, ce parti, que vous avez porté sur les fonds baptismaux, connaître son jour de gloire et applaudir à ses succès. Ce sera votre récompense car personne ne pourra vous ôter le mérite de l’avoir élevé, vu grandir, devenir adulte et atteindre sa pleine maturité.

Si vous ne le faites pas pour vous, faites le pour Marion, pour Marine, et pour nous tous qui attendons ce moment, cette revanche, depuis 42 ans.

Partager cet article

Repost 0