Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Plus Français que ceux de "métropole".

Nous avions eu droit à l’illustre et mémorable « Je vous ai compris » et, tout récemment, nous avons eu droit, à bien des niveaux inférieurs bien sûr, au « Vous ne m’avez pas compris », du politologue Roland Cayrol, dans sa lettre de « repentance » adressée à tous ceux qui ne l’avez pas compris, suite à sa prestation désastreuse lors de l’émission « C dans l’air » du lundi 7 septembre 2015.

Dans cette même lettre Roland Cayrol nous rappelait ses origines « Pieds-Noirs », ce qui, évidemment, n’excuse rien, bien au contraire.

Pour ceux qui ne se souviendraient pas d’avoir été ainsi affligés, voici les propos tenus par Cayrol ce jour-là :

A la question posée par Yves Calvi : « La France peut-elle accueillir 24.000 réfugiés ? », le politologue n’avait pas hésité une seule seconde pour répondre ; « La France a bien accueilli, en 1962, plus d’un million de Pieds-Noirs ! ».

*N’en déplaise à Roland Cayrol, il s’agissait d’un million de Français qui revenaient chez eux, dans leur pays, dans leur patrie, et qui ne réclamaient pas le « droit d’asile ». Il m’est pénible de lui rappeler qu’ils sont loin d’avoir été bien accueilli : Gaston Defferre : « Qu’ils quittent Marseille en vitesse et qu’ils essaient de se réadapter ailleurs. »

Ceci remis en mémoire, ce n’est pas fini.

La surprise nous est venue de là où on ne l’attendait certainement pas : du « Figaro Magazine » du 11 septembre 2015.

Véronique Grousset, dans un article intitulé « Réfugiés, ce que nous enseigne notre expérience en la matière ».

Le départ était excellent : « 1,2 millions de Pieds-Noirs et de Harkis brutalement déracinés en 1962, par la décolonisation sanglante du Maghreb, n’ont pas été accueillis en France à bras ouverts, loin de là… (Bravo, mais la suite est catastrophique !)

…mais leurs descendants n’en sont pas moins devenus d’excellents français »

Donc, si je comprends bien, et je crois vous avoir bien compris, nous, les Pieds-Noirs, arrivés en 1962, n’étions pas d’excellents français et, fort heureusement, nos descendants le sont devenus…sans doute malgré nous !

Alors je m’adresse directement, et personnellement, à Guillaume Roquette, directeur de la rédaction du « Figaro Magazine » : « Aurez-vous l’obligeance de nous tenir informés sur « l’admonestation » que, nous l’espérons, vous ne manquerez pas d’adresser à cette « damoiselle ». Ne serait-ce que pour lui conseiller de tremper sept fois sa plume dans l’encrier avant d’écrire de telles âneries ! »

J’espère également que vous nous rendrez tout de même cette justice d’admettre que nous nous sommes « intégrés » ou « assimilés », à vous de choisir, bien plus facilement, et avec combien moins de problèmes puisque nous avions les mêmes droits, que tous les « migrants » que la France si généreuse a accueilli depuis 1962 !

Et cela très facilement car, que cela plaise ou non aux Français de métropole, nous étions Français autant qu’eux, si ce n’est davantage car nous, nous nous sommes battus les armes à la main pour conserver ces départements à la France, aux côtés de l’armée française, jusqu’au jour où elle nous a trahi sur ordre, et sommes partis pour ne pas changer de nationalité.

Et ce n’est pas le cas de tous les Français aujourd’hui !

Partager cet article

Repost 1