Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

ELECTEURS SOCIALISTES : LES DINDONS DE LA FARCE !

Une leçon de dignité, de respect, de moral !

C’est la leçon reçu 5 sur 5 par le premier ministre Manuel Valls, de la part du socialiste Jean-Pierre MASSERET, tête de liste de la région Alsace, Champagne, Moselle. Et cela en direct, à la télé, face au public.

Il a décidé de se maintenir, malgré les ordres reçus de Paris, et lui a fait fort justement remarqué que ce n’était pas lui, à plus de 70 ans, qui souhaitait conserver son poste, mais plutôt Valls à Matignon, dont le siège est de plus en plus branlant..

Comment un premier ministre socialiste peut s’aventurer à ordonner nommément de voter Christian Estrosi, Xavier Bertrand et, ce qui est infiniment plus grave, Philippe Richert contre son propre représentant, Jean-Pierre Masseret ?

Ce dernier respecte le vote de ses électeurs et refuse qu’il n’y ait pas un seul représentant des socialistes dans le Conseil Régional de cette immense région, comme ce sera le cas dans le sud et le nord de la France.

Si la stratégie, suicidaire pour le Parti Socialiste, préconisée par Manuel Valls ne donne pas les résultats attendus, c’est-à-dire l’élimination des candidats du Front National, Marion Maréchel-Le Pen au sud, Marine au nord et Philippot à l’est, cela aura été un coup d’épée dans l’eau et il se sera moqué de 24% d’électeurs socialistes qui, malgré tout, se sont dérangés pour le parti.

Il est certain qu’ils seront bien moins nombreux lors de la prochaine élection, celle de 2017, autrement bien plus importante puisqu’il s’agit de la présidentielle.

François Bayrou ne s’est pas relevé d’avoir recommandé de voter François hollande en 2012 et Manuel Valls vient de commettre une erreur aussi désastreuse.

Il risque de traîner cette faute encore bien longtemps.

Fallait-il mettre ainsi en danger l’unité socialiste pour une élection tout de même pas d’une importance si capitale ?

Ne valait-il pas mieux, stratégiquement parlant, laisser le FN remporter quelques régions en espérant qu’il se plante totalement dans leur gestion, aidés en cela par la présence de conseillers de gauche.

Puisque c’était une évidence pour Manuel Valls, et la majorité des leaders de tous les partis qui mettaient en garde les électeurs français contre la catastrophe, le cataclysme, que serait l’arrivée du FN à la tête d’une région.

C’est ce discours qui aurait dû être servi aux socialistes et non pas cette démission devant une défaite annonçée de longue date et ce retournement de veste indigne d’un Valls, premier ministre, et d’un Cambadélis, secrétaire général du Parti.

D’ailleurs les électeurs socialistes suivront-ils le mot d’ordre des responsables, des leaders, du Parti ? Probablement à 50% mais une grande partie ne se rendra pas aux urnes, ou votera blanc quant à une minorité, par colère, votera contre le candidat « Les Républicans ».

Oui, Jean-Pierre Masseret, en cette occasion, s’est montré le seul véritable socialiste et s’il en reste un ce sera lui, même sans l’étiquette bien salie du Parti.

Et que le Parti Socialiste s’estime bien heureux que Nicolas Sarkozy ne tende pas la main au FN car, dans un tel cas de figure, plus aucune région ne serait rose, ni la France non plus.

Hors c’est ce qui devrait arriver tôt ou tard, que cela plaise ou non !

Partager cet article

Repost 0