Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

LA FARCE AUX FRANÇAIS !

Et vous êtes fiers d’avoir gagné !

N’avez-vous pas un peu honte, sachant que vous n’avez vaincu qu’avec le soutien de vos ennemis ?

Vous allez présider une région, bravo, méprisés par les trois quarts de ses habitants, aujourd’hui bien plus qu’hier !

Vous êtes des polichinelles messieurs « Les Républicains », vous qui soulignez l’élégance des têtes de listes socialistes qui, sur ordre et contre leur volonté et celle de leurs électeurs, se sont retirées pour vous laisser un boulevard.

Vous êtes élus alors que vous ne représentez presque rien. Alors que la très grande majorité de la région que vous représentez vous a rejeté, et que vous ne l’ignorez point.

J’espère que vous aurez le triomphe modeste, vous Xavier Bertrand, l’arrogant personnage, ridiculisé même par le président de votre Parti, que vous avez dû rappeler à l’ordre et qui s’en souviendra, soyez-en persuadé, Sarkozy n’oublie jamais.

Vous également, Philippe Richert, mais avancez prudemment afin de ne pas trop écraser le cadavre de Nadine Morano, cette « racée blanche » que l’on a écarté de votre chemin, et de ne pas glisser sur cette vague de larmes roses qui coulent dans votre sillage.

Vous Christian Estrosi, le « nouveau résistant » ! C’est vrai vous êtes, en cette occasion seulement, la vivante réplique de votre idole, De Gaulle, sautant allègrement des premiers résistants de l’extrême droite qui l’avez rejoint à Londres, aux communistes pour l’aider à se saisir du pouvoir à la libération.

Vous avez brillament résister à coups d’insultes et d’invectives à votre redoutable adversaire, ce monstre blond venu d’ailleurs..

Un instant j’ai pensé, en vous regardant, que vous ressembliez davantage à l’abbé COCHON face à Jeanne d’Arc, lors de vos débats.

Le rictus de la haine de votre côté et le sourire angélique de la jeunesse compatissante de l’autre.

Quant à vous, Monsieur le premier ministre, Manuel Valls, vous avez prédit une guerre civile, en cas de victoire FN. Souvenez-vous de celle qu’a connu votre père, vous vous êtes retrouvé en France, alors méfiez-vous car, dans un tel cas, vous risquez de retourner en Espagne !

Vous avez tous gagné et vous bombez vos torses, mais, franchement, de vous à moi et puisque personne ne nous entend, vous le savez au moins que vous n’êtes que des « pantins » !

Partager cet article

Repost 0