Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Il n'existe pas d'Islam sur mesure.

Le couvre feu a été décrété et l’ordre donné de ne pas user de violence à l’encontre des manifestants, mais pour combien de temps ?

La Tunisie a eu, un instant, l’espoir de découvrir la démocratie, même s’il s’agissait d’une démocratie à la mode musulmane, mais l’Islam la rattrape, comme il rattrapera demain l’Algérie, puis etc.

Nous l’avons écrit maintes fois sur « Boulevard Voltaire », "La Gauche m'a tuer", "Dreuz-Info", etc. : il ne peut y avoir de démocratie, quelque soit sa forme, dans des pays où l’Islam est religion d’état.

Il n’existe pas d’Islam à l’occidental.

Il n’existe pas d’islam sur mesure.

La Tunisie se trouve confrontée une nouvelle fois à une révolution, mais il ne s’agit plus d’un «printemps arabes», hélas ! Son tourisme est au point mort, son économie comateuse, son chômage florissant est tout cela est voulu par les djihadistes, fait le jeu des fondamentalistes.

Ils s’imposent comme le seul recours à l’avenir du pays. A la moindre étincelle la révolte gronde et jette dans la rue les meneurs, entraînant le peuple.

Les gouvernements ne sont pas reconnus, acceptés. Ils n’ont aucune autorité.

Ils ne prennent aucune décision salvatrice. Ils ne s’imposent pas.

La Tunisie vient de fêter le 5e anniversaire de sa « révolution » et son cadeau c’est un couvre feu imposé par les pillages des banques, des magasins d’électroménager, des pneus brûlés, des postes de police saccagés, des routes coupées.

C’est de nouveau le chaos, mais avait-il vraiment quitté le pays ?

Le ministre de l’intérieur, Hédi Madjoub, affirme qu’il s’agit d’un plan préparé pour semer la zizanie entre citoyens et forces de l’ordre. Le chef de la garde nationale, Khalifa Chibani, accuse les «cagoulés» qui incendient les biens publics et privés, usant d’armes blanches, d’êtres des ennemis de la Tunisie. Qu’il s’agit d’une nouvelle manipulation, de l’œuvre d’intrus et que ce chaos est financé par l’extérieur.

L’opposition met de l’huile sur le feu, notamment le parti El Irada et le Front populaire.

La réalité est qu’il n’y a aucune perspective de solutions.

Le gouvernement d’Habid Essid est très fortement contesté.

Pour le moment le bilan n’est que de 2 morts, le jeune Kasserinois et un membre des forces de l’ordre, et de plus de 80 blessés, dont 43 agents.

Mais qui sont les véritables responsables de ce chaos ? Aujourd’hui en Libye, en Tunisie, demain en Algérie et ailleurs, hélas ! : Les gouvernants de tous ces pays qui s’imaginent que leurs frappes aériennes désynchronisées parviendront à éradiquer DAECH.

Sont-ils aveugles, ou ne veulent-ils rien voir, rien entendre, rien décider ?

Ils savent qu’ils ne le font reculer que pour avancer vers d’autres territoires. Ils font leur «guéguerre», d’un côté les « bons » Etats-Unis, Europe, et leurs complices Arabie Saoudite, Qatar, etc. et de l’autre les « méchants » Russie, Iran, Bachar, etc.

Vont-ils se rendre compte un jour que seule leur union permettra d’abattre le monstre, au moins pour quelques siècles ?

Partager cet article

Repost 0