Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

TOUBON ? Ou plutôt TOUMAUVAIS.

Il est temps, monsieur Toubon, défenseur des droits (le seul droit que vous devriez défendre est celui de vous taire) que vous preniez votre retraite de la vie politique car vos élucubrations actuelles relèvent de l’absurdité totale.

Ainsi, si je vous comprends bien, les Français venant en métropole seraient, selon votre théorie, des « migrants » ?

*Par exemple, les Corses débarquant sur le Continent seraient des « migrants » ?

*Les Français expatriés revenant en France seraient également des « migrants » ?

*Les Antillais et les résidents de Saint-Pierre et Miquelon, de la Nouvelle-Calédonie, enfin de tous les DOM-TOM, débarquant en métropole seraient des « migrants » ?

*Quand le gouvernement demande aux Français de quitter un pays où leurs vies est en danger pour cause d’attentats terroristes, comme au Mali, en Egypte, en Côte d’Ivoire, ou ailleurs, ils devraient être considérés comme des « migrants » ?

*Et, bien sûr, puisqu’il s’agit des quelques lignes de votre déclaration qui nous interpellent, le million de Français qui fuyait les départements français d’Algérie parce qu’ils choisissaient la valise plutôt que le cercueil, étaient donc des « migrants » ?

Au même titre et ayant les mêmes droits que tous les « migrants » pénétrant en France légalement ou clandestinement.

Il est bien regrettable, M. Toubon, que vous n’eussiez pas été à la responsabilité ministèrielle d’accueillir ce million de « Français » revenus d’Algérie, en 1962. Ils auraient bien aimé, ce million de « Français », être reçus et obtenir les mêmes droits, le même assistanat, la même couverture sociale, les mêmes bras ouverts, que vous proposez aux «migrants» actuels, qui sont tout sauf Français.

Il est bien regrettable, M. Toubon, que vous n’eussiez pas été à la responsabilité d’accueillir les dizaines de milliers de « Harkis » qui avaient servis la France et son drapeau, et qui ont été massacrés par le FLN lors de l’abandon de l’Algérie, ni les quelques milliers qui ont pu pénétrer en métropole, grâce à des officiers patriotes, et qui ont été « parqués » dans des camps de concentration.

Combien ils auraient heureux, ces « Harkis » d’avoir les mêmes droits et la même assistance sociale que les « migrants » qui, selon vous, seraient une chance pour la France.

La chance pour la France, M. Toubon, a été justement ce million de Français d’Algérie, ces «Pieds-Noirs», obligés de rentrer en métropole en 1962.

Regardez autour de vous et, si vous n’êtes pas aveugle en plus d’être sénile (dont les facultés intellectuelles sont dégradées par l’âge), vous ne pourrez qu’en faire le constat, malgré l’accueil hostile et insultant des personnalités de votre acabit et de ceux qui vous emploient aujourd’hui !

Partager cet article

Repost 0