Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Puisque nous sommes en guerre, paraît-il !

L’état d’urgence a été prolongé de six mois, le rappel des réservistes est ordonné pour former une garde nationale, le plan « sentinelle » maintenu, tout cela est souhaitable et devrait rassurer une majorité de Français.

Toutes ces mesures sont susceptibles de protéger les édifices publics, les aéroports, gares, écoles, stades, ainsi que les manifestations et les rassemblements de masse, mais le mode opératoire des terroristes, manipulés par l’Etat Islamique, a changé et nous ne pouvons que constater les dégats meurtriers et pleurer les centaines de victimes.

Contre des attaques individuelles, imprévisibles, toutes ces mesures ne sont que des emplâtres sur une jambe de bois, et ce n’est pas un bracelet électronique qui empêchera un « fou d’Allah » de commettre un acte sanglant contre des innocents pris au hasard.

Dans le respect des valeurs républicaines et de l’état de droit, souhaités par le président et le gouvernement, il est quatre mesures qui devraient être envisagées impérativement afin de réduire le pourcentage d’attentats possibles dans le proche avenir :

1/ Isoler totalement les « prédicateurs » de nationalité française, 300 environ, qui radicalisent dans les prisons de France les jeunes délinquants, qui en sortent futurs terroristes. (Pourquoi pas à Clairvaux ou d’autres prisons désaffectées ?)

2/ Interdire le retour en France des djihadistes de nationalité française, ex combattants de DAECH, environ 700, qui n’ont pas eu la chance de mourir au champ d’horreur, et les reléguer dans des centres de détention situés dans les DOM-TOM, ainsi que les 203 déjà installés sur notre sol. (Chiffres cités par le premier ministre à l’Assemblée Nationale, le 19 juillet).

3/ Sélectionner, parmi les « Fichés S » ceux de nationalité française, connus pour leur radicalisation et comme délinquants, ayant déjà effectués des séjours en prison et les détenir dans des centres d’internement.

Je précise et souligne « de nationalité française » car il est bien évident que « les étrangers » doivent être expulsés immédiatement.

Il ne s’agit pas, bien entendu, de relancer les bagnes de Cayenne (Guyane) et de Tataouine (Tunisie), soyons humains, si eux ne le sont pas, mais de les installer convenablement, selon nos valeurs républicaines, et, pourquoi pas, de placer ces centres sous le contrôle d’un bataillon de la Légion Etrangère !

4/ Mettre en pratique la « double peine » car il n’est pas nécessaire de conserver dans notre pays des étrangers à leur sortie de prison.

Notre gouvernement actuel ne prendra pas ces mesures et l’opposition, si elle revient au pouvoir en 2017, non plus, alors Manuel Valls, le premier ministre, a raison de prévenir les Français qu’ils devront vivre encore plusieurs années sous la menace d’un terrorisme sanglant !

Partager cet article

Repost 0