Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Radicalisation et déradicalisation.

Emision très instructive, le « C dans l’air » du mardi 12 juillet sur le thème : « La radicalisation dans les prisons ».

J’espère que nos ministres de la justice et de l’intérieur l’ont vu et entendu.

Les quatre intervenants étaient totalement d’accord sur un point principal : toutes les décisions et les mesures prises par le gouvernement pour tenter de « sortir » la radicalisation des prisons sont un échec total et les radicalisations se multiplient.

Et pourtant les solutions existent et elles sont d’une simplicité évidente : il y a environ 300 prédicateurs dans les prisons françaises (Prédicateurs : ceux qui radicalisent par leurs discours les futurs apprentis terroristes, cette racaille de jeunes dealers et délinquants, et les dirigent, dès leur sortie, vers les organisations qui les prennent en mains et les aident économiquement et matériellement).

Il faut donc, impérativement, que ces « prédicateurs » soient éloignés et isolés dans une prison, loin de tout contact extérieur, afin qu’ils ne puissent que se « radicaliser » entre-eux en «philosophant» autour des 114 « sourates » du Coran.

Même constat avec les djihadistes assassins de retour de Syrie, d’Irak ou d’ailleurs : isolation totale afin qu’ils ne deviennent pas des « héros » aux yeux des futurs terroristes.

Et surtout prendre les mesures nécessaires pour qu’ils ne soient pas en possession de téléphone portable, comme c’est le cas actuellement dans toutes les prisons.

Au sujet de la « déradicalisation », quel que soit les méthodes utilisées dans différents pays, y compris le Danemark toujours cité en exemple, elles ont été un « fiasco » total.

Il est prouvé que plusieurs terroristes ayant participé aux attentats meurtriers de janvier et novembre 2015, ainsi qu’en Belgique, étaient passés par ces « centres de déradicalisations »

Il est à craindre que toutes les mesures envisagées par nos ministres (voir rapport Pietrasanta, député des Hauts-de-Seine) aboutiront à un résultat identique : il n’y a pas d’exemple véritable d’une « déradicalisation » réussie.

Une suggestion : pourquoi vouloir fermer la prison de CLAIRVAUX ? Ne pourrait-elle pas être rénovée totalement et ses 240 cellules servir de lieu de culte personnel pour 240 «prédicateurs» ? Cela pourrait être le cas également pour d’autres structures obsolètes en France ou dans les DOM-TOM.

Le coût ? Il ne manque certainement pas, parmi les 70.000 prisonniers, des maçons, des peintres, des plombiers, des menuisiers, des carreleurs, de métier ou en formation, qui trouveront ainsi une occupation plus utile à la société que des promenades en « vélo ».

Partager cet article

Repost 0