Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Yacef SAADI le manipulateur.

Yacef Saadi est mis en cause personnellement, dans le livre récemment publié « Ma bataille d’Alger » par l’américain Ted Morgan, qui affirme que l’ex préfet, puis sénateur, après l’indépendance, qui fut le chef de la zone autonome d’Alger, et fut appréhendé le 24 septembre 1957, avait avoué aux paras du général Massu le lieu ou se cachaient son tueur n° 1, Ali la Pointe, ainsi que ses trois compagnons Hassiba Ben Bouali, Mahmoud Bouhamidi et le Petit Omar (les quatre tueurs furent éliminés dans la nuit du 7 au 8 octobre 1957 par une explosion dans leur cache de la Casbah).

Yacef Saadi a, depuis toujours, tenté de rejeter sur Hacène Guendriche, plus connu sous le nom de guerre de Zerrouk, ou Safi, la culpabilité d’avoir révélé cette cachette.

Il est vrai que Guendriche, arrêté par les soldats du capitaine Chabanne, s’était mis au service de l’armée française et, suite à l’arrestation de Yacef Saadi, il était devenu le seul contact épistolaire avec Ali la Pointe.

Mais il est vrai également que Yacef Saadi, aux mains des paras, savait qu’il parlerait tôt ou tard et qu’il n’a pas caché certains renseignements et notamment les contacts entre Ali la Pointe et Guendriche.

Dès lors il fut facile aux paras de remonter la filière et d’éliminer Ali la Pointe en surveillant Guendriche, puis de libérer Yacef Saadi, indemne, après sa collaboration « forcée ».

J’ai connu Yacef Saadi alors qu’il habitait rue Scipion l’Africain, près de la rue Bab-Azoun. C’était alors un proxénète notoire, bien connu des services de police. Chargé de rallier les truands de la Casbah au FLN (ceux qui refusaient, ou hésitaient, étaient immédiatement abattus pour l’exemple, notamment l’un des plus célèbres, Rafaï Abdelkader, dit Bud Abbott, éliminé d’une balle dans la nuque à la fin d’un repas « entre amis » par Ali la Pointe et également Hacène le Bônois, ennemi public n°2, après le précédent).

Il regroupe dans son équipe les frères Hammache et Hoya, Ali Yeux Bleus, dit Al Capone, Hadad Abderrazak, Bouziri Saïd et Hocine Bellatrèche, ex champion de boxe.

Aidés par les communistes français, le docteur Chaulet et son épouse, le papetier Gallice, le couple Gauteron, le professeur Mandouze, Evelyne Lavalette, le trio d’Alger Républicain : Henri Alleg, André Moine et André Ruiz et les Timsit, Maillot, Laban, Raymonde Peschard, Fernand Yveton, Danièle Minne, etc. il fera règner la terreur et les assassinats jusqu’à l’intervention des paras de Massu et du commandant Faulques et son arrestation qui mit fin à la « Bataille d’Alger

Manipulateur, Germaine Tillon tombera sous son charme et développera ses idées, Yacef Saadi est apparemment, selon la conférence de presse qu’il vient de donner, resté fidèle à lui-même : laisser planer le doute…et il réussit auprès des Algériens.

(Source : TSA-Algérie du 12 juillet 2016)

Partager cet article

Repost 0