Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

France/Galles, non ce n’est pas l’affiche d’un match du tournoi des six nations, c’est plus simplement l’histoire d’une jeune galloise, née à Llanover et arrivée en France il y a une quarantaine d’années.

On lui avait offert un second rôle dans une série « Plus belle la vie » qui se tournait dans la Sarthe. Elle y découvrait son prince charmant et vivait heureuse dans son ombre, lui offrant cinq enfants, alors qu’il brillait à Paris.

Et puis, en quelques semaines, tout a changé.

À l’issue d’une primaire, son prince charmant, François, se retrouvait candidat à la présidence de la République Française.

C’était un rêve : cette discrète franco/galloise première dame de France !

C’est devenu un cauchemar.

François, devenu le favori, dégringolait de son piédestal et son épouse pouvait se considérer comme responsable de sa chute et, peut-être, de sa défaite finale.

Supposons qu’il ne soit pas présent au second tour, peut-on imaginer l’impact psychologique que cela peut avoir sur sa femme ?

Ne va-t-elle pas se sentir en partie responsable de cet échec qui, peut-elle penser, serait dû à ses déclarations faites à quelques médias, notamment anglais, où elle déclarait innocemment n’avoir jamais « assisté » son mari ? Alors qu’elle souhaitait seulement faire entendre qu’elle ne s’était jamais impliquée dans sa politique.

Je suis certain qu’elle aura la force de faire face, puisque n’étant coupable en rien et protégée par l’amour de François, mais je n’ai pu m’empêcher de me souvenir de la conclusion assassine d’un autre François, Mitterrand celui-là, lors du suicide de Pierre Bérégovoy : « Toutes les explications du monde ne justifieront pas qu’on ait pu livrer aux chiens l’honneur d’un homme, et finalement sa vie ».

Accusant ainsi les médias et les juges (qui deviennent des stars en s’attaquant aux puissants).

Que Mme Fillon se rassure, contrairement à Pierre Bérégovoy qui constatait tristement : « Voyez comme les gens me regardent, ils pensent que j’ai été malhonnête » pas un seul français et française ne pensera cela de vous !

Se rendent-ils compte, les médias, la télé, la presse, « Médiapart », les réseaux sociaux, etc. de la responsabilité qui est la leur lorsqu’ils interfèrent ainsi dans le destin d’une personne ?

Le « Canard enchaîné » a vendu 500.000 exemplaires, et ce n’est pas fini, grâce à « l’affaire Fillon », aurait-il mis un bandeau noir sur sa « Une » et présenté ses condoléances attristées, si Pénélope n’avait pas eu la force morale de faire face à ces attaques ?

Dommage qu’il n’y ait pas chaque semaine une victime expiatoire, offerte en sacrifice, pour multiplier ses ventes ! Quelle aubaine pour lui !

Partager cet article

Repost 0