Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Il est préférable de savoir ce que fera le candidat MACRON une fois élu que de croire à ce qu’il promet avant de l’être !

Après la polémique concernant Mohamed Saou qui, depuis « l’aurait quitté, tout en restant proche », il est intéressant de s’inquiéter sur le cas de Mme Bariza Khiari.

Qui est cette dame ?

Selon une source Dreuz.info elle pourrait obtenir le ministère de l’éducation nationale dans le futur gouvernement d’Emmanuel Macron, s’il est l’élu bien entendu !

Sénatrice du Parti Socialiste de Paris depuis une quinzaine d’années, franco-algérienne, née à Ksar Sbahi (Algérie), de parents partisans du FLN.

Très proche du CCIF et de Marwan Muhammad (tout comme Mohamed Saou) elle dirige l’Institut des Cultures d’Islam, dans le 18e arrondissement de Paris où se situent une école d’arabe littéraire et une salle de prière, dirigée par la Grande Mosquée de Paris et tout cela financé par de l’argent public avec la bénédiction d’Anne Hidalgo.

Souvenez-vous de ce reportage de Bernard de la Villardière où il avait éprouvé maintes difficultés avant de le lui faire avouer à demi-mots.

En 2011, Bariza Khairi n’hésitait pas à déclarer que “Pour la France le problème n’était pas Tariq Ramadan mais le gouvernement de Nicolas Sarkozy”.

Pour cette sénatrice du PS débattre sur l’immigration et faire un rapprochement entre religion et fondamentalisme c’est “vouloir faire peur aux Français” car, toujours selon elle, l’islam a totalement sa place en France.

Lorsque Bazira Khairi énumère les différents attentats ayant frappés la France elle omet volontairement de citer les victimes juives de Mohamed Mérah et de l’Hyper-Cacher de la porte de Vincennes.

Oubli signalé par le CRIF qui souligne “un affront à la mémoire des huit victimes de ces deux attentats”

Bazira Khairi serait, tout comme Mohamed Saou, un membre influent de l’entourage d’Emmanuel Macron et Amine El Khatmi, élu socialiste difficilement soupçonnable d’islamophobie affirme que certains élus socialistes, notamment Bazira Khairi, sont trop proches d’un islam radical et contournent les lois de la république en subventionnant les lieux de cultes musulmans à travers des associations et des montages financiers.

C’est justement le cas avec l’Institut des Cultures d’Islam qui fait financer le fonctionnement d’une seconde mosquée à Paris par l’argent des contribuables.

Nous n’avons jamais manqué de critiquer ouvertement les mesures prises par Najat Vallaud-Belkacem, ministre actuel de l’Education National, pour ne pas craindre d'affirmer

que ce serait bien pire dans l’éventualité que ce portefeuille, l’un des plus importants du prochain gouvernement, soit confié à Mme Bazira Khairi !

Au moment de voter, dimanche, pensez-y !

Partager cet article

Repost 0