Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

A l’attention de Monsieur le Président de la République

 

Vous avez légitimement le droit de déclarer, comme la majorité des Français, que la justice est trop laxiste et vous souhaitez que des jurys populaires soient présents auprès des magistrats des tribunaux correctionnels. Je crains Monsieur le Président, que cette mesure soit inefficace et qu’elle n’apportera rien à une meilleure justice dans notre pays. Pourquoi ?

Le jury populaire ne se prononce que sur la culpabilité avec circonstances atténuantes ou non mais c’est le magistrat-Président qui prononce la peine et il décidera celle qui correspond à la loi, d’après lui, assortie du sursis ou non. Le jury n’y peut rien.

Cela va alourdir terriblement le bon fonctionnement de la justice déjà très lente et surtout avoir un coût très élevé qui serait certainement mieux employé sur un autre sujet ;

Par exemple :  nous avons une « police des polices » qui fonctionne parfaitement pourquoi ne pas créer un « magistrat des magistrats » dont la fonction serait de sanctionner les erreurs de procédure et les décisions iniques qui permettent la remise en liberté de trop nombreux criminels ?

Pourquoi ne pas rendre les peines prononcées incompressibles ? Quand un jury de citoyens prononce une culpabilité qui permet au Président de la cour d’assises de prononcé un verdict de 15 ans d’emprisonnement contre un violeur avec violences, ce n’est pas pour que ce criminel soit libéré 7 ans plus tard pour « bonne conduite ». Que sa conduite soit bonne ou non il doit accomplir la totalité de sa peine. Si sa conduite est bonne on peut assouplir les conditions de sa détention.

Le rôle premier d’un emprisonnement n’est pas la réhabilitation mais la punition.

Les erreurs, les disfonctionnements, les décisions abusives, etc. des magistrats sont légion mais vous n’avez, nous n’avons, pas le droit de le leur dire, ils sont au-dessus des sanctions et pourtant…

Vous pouvez consulter sur GOOGLE ou sur mes sites une longue, trop longue liste, qu’ils devraient méditer avec le sérieux qui incombe à leur éthique (Cette liste est loin, bien loin, d’être exhaustive).

Je ne citerai ici qu’un seul exemple : - Il avait avoué les faits et réitéré les menaces de mort. Le rapport de police indiquait  que « cet homme était dangereux ». Le parquet de Poitiers requiert son placement sous écrou le 8 juin. La juge des libertés et de la détention estime que son incarcération n’est pas nécessaire et décide sa remise en liberté immédiate sous contrôle judiciaire. Libéré, il  assassine sa femme le 19 juin et se suicide.

Je suis certain que ce magistrat reste traumatisé à vie par la décision qu’il a prise.

Que les magistrats, comme ils se délectent à le faire, ne rejettent pas leurs fautes, leurs erreurs, sur le manque de moyen. Quand un magistrat fait une erreur c’est sur un dossier qu’il a entre les mains et qu’il doit conduire à bonne fin, sans faute ni erreur si possible.

En ce qui me concerne j’estime qu’ils ne sont pas seuls responsables, de leurs erreurs oui mais de la remise en liberté des criminels pas tout à fait. Les avocats jouent un rôle pervers dans ce processus :

« La procédure doit être respectée. C’est elle qui nous protège tous dans une démocratie » et cette phrase soulignée d’un beau gestuel de la manche.

Non messieurs les avocats ce qui nous protège le plus dans une démocratie c’est que les criminels soient mis hors d’état de nuire, donc qu’ils restent en prison.

Votre rôle est de défendre la veuve, l’orphelin, l’innocent pas de faire libérer les coupables surtout quand vous avez la certitude qu’ils le sont.

Votre devoir n’est pas d’aller rechercher la moindre petite faute d’écriture ou de procédure pour permettre à un violeur, un marchand de mort, un assassin, un récidiviste, d’être remis en liberté.

Vous ronronnez quand vous entendez cette phrase dans la bouche d’un criminel : « Ah ! Il est fort mon avocat…tu as vu comme il les a eus ? »

Non vous n’êtes pas fort, chers Maîtres, vous vous faites le complice des prochains méfaits de « vos clients ».

Il serait plus profitable à la société que vous informiez les magistrats de l’erreur que vous avez intelligemment relevée afin qu’elle soit rectifiée dans les plus brefs délais, respectant ainsi la tâche ardue des magistrats et des policiers.

Ce n’est pas mon rôle de juger ces magistrats et ces avocats mais ne sont-ils pas blâmables d’avoir remis en liberté des criminels ? Les premiers par « erreurs » les seconds par « irréflexions ».

Partager cet article

Repost 0