Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

- Cinq trafiquants de drogues dures ( héroïne, cocaïne) remis en liberté après avoir bénéficié d’une erreur de date lors de la convocation de leurs avocats après une année de détention préventive. (TGI de Nantes – novembre 2010)

- Romain Hissel qui avait poignardé son père, Maître Hissel avocat dans l’affaire Dutroux remis en liberté car son mandat d’arrêt n’a pas été renouvelé dans les temps. Non pas pour réintégrer l’annexe psychiatrique de la prison de Lantin où il était soigné pour de graves problèmes psychiatrique mais en liberté totale.

- Trois hommes soupçonnés de plusieurs braquages contre des enseignes de livraison de pizzas à domicile et confondus par leur ADN, malencontreusement remis en liberté car le magistrat ne les a pas reçu dans les délais fixé par le processus entraînant de facto leur libération (Parquet de Paris)

- Maud T. soupçonnée d’avoir assassiné son voisin en 2007 remise en liberté après un oubli du juge d’instruction qui a omis de renouveler la détention provisoire (TGI des Vosges)

- Didier F. un violeur, dangereux pervers qui a reconnu avoir violé à plusieurs reprise sa fille depuis l’âge de 13 ans et présentant des risques de récidive, remis en liberté car le juge des libertés et de la détention s’est trompé de formulaire (Palais de justice de Charleville-Mézières)

- Un magistrat Thierry Bloch signe malencontreusement l’arrêt ordonnant la libération d’un violeur le 17.10.2009. L’erreur lui a échappé mais il en assume pleinement la responsabilité. Quelques jours plus tard le violeur est interpellé pour une agression

 - Lucien Boursier incarcéré pour actes de tortures et de barbarie et complicité d’assassinat libéré par le Tribunal d’Aix-en-Provence parce qu’un magistrat a oublié de renouveler dans les délais etc.

- Remise en liberté par la cour d’Appel d’Aix-en-Provence et sans contrôle judiciaire  des quatre auteurs de l’enlèvement crapuleux du PDG de Sud-Est Assainissement pour une simple erreur de procédure.

- Jorge Montes accusé de viols, enlèvement, séquestration et déjà condamné pour des faits de même nature et remis en liberté à cause d’une erreur d’écriture d’un greffier de la Chambre de l’instruction de la Cour d’Appel de Paris qui  a écrit « infirmé » au lieu de « confirmer ».

- Jacques Maire condamné à 20 ans de réclusion en appel par la Cour d’Assises des Vosges en octobre 2006 pour avoir enlevé, séquestré et tué deux femmes est remis en liberté parce qu’une greffière a « omis » de signer le procès-verbal.

- X…Mis en examen pour 5 viols il est remis en liberté pour ne pas avoir été présenté au juge dans le délai de 20 heures.

- Il avait avoué les faits et réitéré les menaces de mort. Le rapport de police indiqué que « cet homme était dangereux ». Le parquet de Poitiers requiert son placement sous écrou. La juge des libertés et de la détention estime que son incarcération n’est pas nécessaire et décide sa remise en liberté sous contrôle judiciaire. Mis en examen le 08 juin, libéré il assassine sa femme le 19 juin et se suicide.

- Memed, un turque, meurtrier de l’amant de sa femme en 2007 et en détention provisoire est rendu à la liberté à cause d’une erreur de transcription informatique lors de l’enregistrement de l’appel, un jour de retard, à la Cour d’Appel de Caen.

- Mohamed Denfer et son frère Abdelkader détenus depuis 2 ans pour trafic de stupéfiants sont libérés sans contrôle judiciaire par la Cour d’Appel de Douai car leurs avocats ont été convoqués trop tard pour débattre sur le prolongement de la détention.

- Thierry Faure accusé de meurtre et de braquage à main armée et déjà condamné à six reprises pour vols et violences est libéré de prison à cause d’une ordonnance de prise de corps que le juge a oublié de signer. Il ne s’est pas présenté à l’audience de la Cour d’Assises de l’Aude.

- Michel Aloy fiché au grand banditisme est arrêté pour trafic de cocaïne est rendu à la liberté car la Chambre d’accusation a oublié de statuer en heure et en temps sur son cas. Il avait été condamné en 1988 à 14 ans de prison pour assassinat (Cour d’Assises Haute Garonne).

Partager cet article

Repost 0