Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

JPC A LA MÉMOIRE QUI FLANCHE !!!

 

Je souhaiterais que Jean-Pierre Chevènement s’explique sur la phrase plutôt ambigüe qu’il a prononcée lors de son discours à l’Institut Français d’Algérie (Quotidien El Watan du 02 octobre 2012) et qui a été très applaudie par les Algériens présents :

« Je pense que les Français doivent « assumer » ce que collectivement on a fait au nom de la France en Algérie depuis 1830 ».

« Assumer », cela veut dire quoi ? D’après le Larousse : accepter les conséquences.

Si « accepter les conséquences » c’est nous obliger à ouvrir nos frontières à des millions d’Algériens afin qu’ils puissent bénéficier très largement des bienfaits de notre république laïque, alors nous les assumons depuis des années…et chaque année un peu plus.

Si « assumer » c’est reconnaître l’œuvre réalisée par la France en Algérie depuis 1830 alors nous l’assumons car elle est incontestable.

Mais je ne pense pas que M. Chevènement avançait cette reconnaissance !

Sans doute a-t-il oublié ce qu’il écrivait il y a un demi-siècle, alors que sous-lieutenant il était chargé des liaisons militaires à Oran et qu’il a assisté personnellement aux assassinats et enlèvements de civils innocents (807 d’après ses propres comptes) début juillet 1962, et qu’il a lui-même failli être exécuté :

« J’ai failli moi-même disparaître dans la tourmente, car j’ai été arrêté ce jour-là par des policiers qu’on appelait ATO (auxiliaires temporaires occasionnels) une sorte de police supplétive composée à la va-vite de gens peu sûrs, qui n’avaient aucune formation. Je me revois coincer  par un de ces ATO, appuyant sur moi le canon de son pistolet-mitrailleur MAT 49, culasse en arrière s’il-vous-plaît »

Peut-être aurait-il pu faire souvenir aux notables qui l’applaudissaient de cet extrait des « accords d’Evian » signés le 19 mars 1962 et qu’ils pourraient avoir le désir d’assumer collectivement puisque l’Algérie ne l’a pas fait :

« Les droits de propriété (des Français d’Algérie) seront respectés. Aucune mesure de dépossession ne sera prise à leur encontre sans l’octroi d’une indemnité équitable préalablement fixée »

Et par la même occasion, puisqu’il avait la parole et qu’il était présent ces jours de juillet 62 à Oran, proposer une repentance sincère pour le massacre programmé de plusieurs dizaines de milliers de Harkis et de plus de 3000 innocents oranais.

Sans doute aurait-il été moins applaudi !!

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0