Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L’ordre et la morale…toujours à gauche !!

Bien entendu cela ne pouvait se passer que dans l’émission « Ce soir ou jamais » de Frédéric Taddéi qui a un carnet très bien rempli d’adresses de « gauchistes ». Mais venons immédiatement à l’objet de l’affrontement de ce mardi soir : la présentation du film « L’ordre et la morale » relatant les évènements qui se sont déroulés à Ouvéa, en Nouvelle Calédonie en 1988.

Comme l’on pouvait s’y attendre l’ordre et la morale étaient du coté de ces « bons Kanaks » qui avaient torturé et massacré 4 gendarmes français et enlevé 27 autres ! Il ne s’agissait pas de terroristes bien sûr, rassurez-vous, mais de braves gens qui ne revendiquaient que leur droit à pouvoir s’exprimer.

Philippe Legorjus, responsable alors du GIGN, se donne le beau rôle du héros qu’il n’était pas car c’est justement à cause de son rapport adressé au gouvernement français déclarant que « le dialogue ne donnait aucun résultat et qu’il était rompu » qu’une intervention militaire fut décidée et causa la mort de deux soldats français et de quelques « indépendantistes » armés jusqu’aux dents et bien décidés à se battre jusqu’au bout.

Il n’est pas question d’excuser le gouvernement français de l’époque (Mitterrand-Chirac) en pleine période électorale et pour qui la vie de quelques soldats et de quelques civils ne pouvaient qu’être un argument supplémentaire pour l’emporter sur l’autre (mais n’avons-nous pas connu pareille situation, sur une bien plus grande échelle, en Algérie en mars 1962, où le gouvernement parlementait avec l’ennemi FLN pour un arrêt des combats dans le déshonneur et une trêve unilatérale alors que des dizaines de milliers de soldats, de civils et de Harkis étaient égorgés ! Il est vrai qu’aucun cinéaste n’a le courage de produire un film sur un tel sujet tabou et que le seul film existant, La valise ou le cercueil, est interdit d’antenne) mais il n’est pas question non plus  d’accabler une fois de plus l’armée française qui obéit aux ordres car, quand il lui arrive de ne plus obéir aux ordres, cela fini en général très mal.

Si Frédéric Taddéi a un « brave gauchiste » de ses amis à me proposer pour débattre de la colonisation en 2012, pour le cinquantenaire de l’abandon de l’Algérie française, je suis à son entière disposition.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :