Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Polémiquons sur l’OAS …puisqu’il le faut !

 

Je me demande pourquoi nous continuons à perdre notre temps à relever tous les sujets à polémiques diffusés par nos chaines de télévision, publiques ou privées, les magazines et les quotidiens.

Les journalistes qui sont « grassement » payés ne prennent même pas le temps de vérifier le bien-fondé de ce qu’ils annoncent car leur intelligence seule ne suffit pas à séparer le bon grain de l’ivraie.

Ainsi sur TF1 on n’hésite pas à attribuer à l’OAS le slogan « La valise ou le cercueil », alors que la veille on affirmait que l’OAS était responsable du départ d’un million d’Européens d’Algérie et qu’elle allait jusqu’à assassiner ceux qui « fuyaient ».

Le simple bon sens suffirait à ces journalistes pour comprendre que ce qu’ils affirment ainsi est soit une erreur soit de la désinformation volontaire et programmée.

Le slogan « La valise ou le cercueil » signifie tout simplement : « ou vous partez ou vous mourrez » et, bien entendu, il ne s’agit nullement d’un slogan d’origine OAS dont l’objectif bien au contraire était d’empêcher les départs.

Pour cela il n’y a qu’à se souvenir des affiches qui tapissaient les murs des villes d’Algérie, après le 19 mars 1962 : « Ni valise ni cercueil, mais des armes pour défendre l’Algérie Française » signée OAS.

Tous les pieds-noirs le savent sauf, apparemment, de nombreux métropolitains et leurs journalistes. Le slogan « La valise ou le cercueil », était le conseil donné aux Européens d’Algérie dès 1945 par le FLN et le MNA et toute la stratégie utilisée depuis 1954, les attentats, les massacres, les assassinats, n’ont eu pour but que de précipiter le départ de tous ceux qui avaient construit l’Algérie.

Alors quand de très nombreux Algériens, conscients que notre départ a été une grande perte, posent la question : « Pourquoi êtes-vous partis ? » Ils trouvent enfin ici la réponse.

 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :