Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

 

Le but de l’intervention programmée contre la Syrie est de punir Bachar el Assad d’avoir utilisé une arme chimique contre son peuple !!!

Soit, mais supposons que ce soit nous qui soyons puni par notre intervention ?

Il est établi avec certitude que la Syrie dispose du plus important stock mondial d’armes chimiques, plus de 1000 tonnes.

Il est bien évident qu’il n’est pas question d’envoyer des missiles pour détruire ce stock, où même une partie, car cela provoquerait une effroyable catastrophe dans toute cette région et même au-delà.

Donc l’objectif avoué serait de détruire quelques sites stratégiques et notamment les endroits où sont entreposés les matières premières nécessaires à la fabrication des armes chimiques.

Il est non moins évident que le dictateur syrien a eu le temps de faire le nécessaire pour mettre à l’abri tout son matériel.

Envisageons quelques cas de figures :

**Supposons que quelques bombes chimiques soient déposées dans les sites susceptibles d’être détruit par nos missiles ?

Cela provoquerait également une catastrophe et la mort de plusieurs milliers d’innocents, ce dont nous serions en partie responsables.

**Supposons à présent que nous intervenions afin de le punir et que dès la semaine suivante un nouveau bombardement chimique se produise, d’où qu’il vienne.

Que ferons-nous ?

Nous le punirons une nouvelle fois et nous recommencerons à le punir à chaque fois qu’il récidivera…en comptabilisant les milliers de morts innocents !

Cette intervention n’aura aucun résultat positif puisqu’elle ne déstabilisera pas le régime.

Et même si c’était le cas, la Syrie serait-elle sauvée ?

Certes non, car qui la gouvernerait ? Il n’y a aucun véritable leader d’opposition.

La guerre interne serait-elle terminée ?

Non plus, car comment se débarrasser des « terroristes », des « djihadistes », des « islamistes radicaux », des « fondamentalistes », etc. qui composent les forces de la rébellion ?

Et plus grave encore : s’ils quittent la Syrie ce sera de toute façon pour s’imposer ailleurs et y provoquer une nouvelle guerre civile : l’Algérie ? L’Iran ? Le Liban ? Où un autre…

Quant aux risques que peut provoquer cette intervention ils peuvent être incontrôlables.

Avons-nous le droit de les prendre ?

 

Partager cet article

Repost 0