Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

UN DANGER PLANETAIRE NOUS MENACE : L'ISLAM.

Dans la nuit de vendredi à samedi une embuscade a été tendue par un important groupe terroriste, à 50 kilomètres au nord de la wilaya d’Aïn Defla, au lieu dit « Kerouche ». Au retour d’une opération de ratissage à l’intérieur des maquis d’Aïn Djendel, El Hachaouia et Amrouna, connus pour être des fiefs terroristes armés depuis les débuts du terrorisme en Algérie, les militaires ont été surpris par cette embuscade qui a laissé plus de 11 morts et de nombreux blessés sur le terrain.

Et cela deux jours après que DAECH, par la voix d’une vidéo diffusée via les sites djihadistes, a promis à l’Algérie impie de brûler avec le feu du djihad au cours d’une guerre inextanguible. Trois jeunes terroristes, reconnus par les services de sécurité, répondant aux noms d’Abou Hafs, Abou Abd El Baraa et Abou Dherr, issus des quartiers de Boudouaou et des Eucalyptus, une cité de la banlieue est d’Alger et qui ont rejoint DAECH entre juin et septembre 2014 et appartiennent au groupe « Jund El Khilafah » (soldats du califat), ce groupe qui a décapité en septembre 2014 Hervé Gourdel, ont interpellé directement les militaires algériens de l’ANP leur demandant de se rendre s’ils veulent éviter d’être tués : « Regardez ce que nous avons fait de nos ennemis en Syrie et en Irak. Les flammes de la guerre qui sera prochainement déclarée en Algérie ne s’éteindront jamais avant la conquête de l’Andalousie »

L’un des trois interlocuteurs, Abuhafs El Djazaïri, activement recherché, indique que le mouvement islamiste, cité plus haut, dispose d’un très important groupe en Algérie qui grossit chaque jour avec l’arrivée d’autres activistes des régions du Sahara et de Skikda (où un groupe a été démantelé il y a huit jours par l’ANP). Il dirigeait un réseau secret très actif dans Alger et sa banlieue qui ciblait les jeunes pour les radicaliser et les convaincre de rejoindre le mouvement.

Nous l’avons à mainte reprise écrit que le djihad ne s’arrêterait pas en Syrie, Irak, Libye, Egypte et en Afrique subsaharienne, mais qu’il se poursuivrait en Tunisie puis Algérie et Maroc. Ces pays sont gangrenés de l’intérieur et de très sombres années les attendent, si une aide extérieure ne leur est pas apportée.

Déjà des centaines de milliers de morts, encore 100 avant-hier en Irak, et les premières victimes sont les musulmans eux-mêmes.

Davantage d’infos nous parviennent d’Algérie, suite à l’embuscade qui a coûté la vie à plus de 11 soldats de l’ANP.

La veille de la fête de l’Aïd, 3 soldats de l’ANP avaient été tués et leurs cadavres piégés ont été exposés par les terroristes sur la route afin d’attirer dans un guet-apens la section qui les recherchait, commandée par un jeune lieutenant de 27 ans, Houssem M.

Cette section a été accueillie par un déluge de tirs des djihadistes embusqués aux abords de la route. Ils ont réussi à prendre la fuite et plusieurs unités de l’ANP se sont lancés à leur poursuite.

Cette dernière tuerie infirme les déclarations des autorités qui indiquent que le terrorisme en Algérie est localisé principalement en Kabylie et dans le Grand Sud. D’autres groupes terroristes font leur apparition à l’est de Bouira où ils terrorisent les villages d’Ath Amer et Bourmel, que des centaines d’habitants ont déjà fui. Ils circulent librement en plein jour, sans se cacher, à la recherche d’argent et surtout de moyens de transport et pour cela ils réquisitionnent les véhicules lors de faux barrages. Il s’agit notamment de la région et du groupe « Jund El Khilafah » qui a décapité Hervé Gourdel, qui se trouve sous la coupe de ceux qui ont fait allégeance à l’Etat Islamique puisque que la garde communale, qui sécurisait la région, a été dissoute.

Les Algériens se posent la question de savoir comment leur armée, la plus moderne d’Afrique, l’une des meilleures armées arabes, la dixième importatrice d’armes au monde, est si vulnérable. La réponse s’impose : Leur armée est la seule au monde à ne pas transporter ses troupes en zone d’opération dans des engins blindés. L’une des seules au monde à utiliser des armes des années 50, dépourvues de viseurs, de vision nocturne et dont la précision est plus qu’approximative. Le non renouvellement de la flotte d’hélicoptères d’attaque, qui avait participé à la lutte anti-terroriste dans les années 1990/2000, est un handicap certain sur le terrain. Les soldats, mal équipés et peu protégés, sont surexposés faute de couverture aérienne efficace et cela donne un avantage décisif aux djihadistes qui connaissent mieux le terrain et bénéficie de l’effet de surprise.

L’Etat-Major de l’ANP doit absolument revoir ses priorités et réaliser que sa mission principale est la protection des Algériens, des appelés du contingent et des officiers et militaires de carrière.

Pour l’instant, les « occidentaux » et les Américains, pourtant touchés à leur tour, n’ont pas conscience du danger planétaire qui menace. L’Islam s’est réveillé, ne perdons pas trop de temps pour le renvoyer « se recoucher » durant quelques siècles.

Partager cet article

Repost 0