Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L’Algérie accuse la France d’organiser sciemment son invasion par des millions de migrants clandestins d’origine africaine dans l’objectif de provoquer une déstabilisation du pays.

(Source : Algérie patriotique du 27 juillet 2017)

Ce qui serait un « complot » vient d’être dénoncé par différentes personnalités : le colonel Ramdane Hamlat, de l’Armée Nationale Populaire, le militant politique Djamel Saadi, le politologue Zohir Bouamama, etc.

Ils prétendent qu’il existe un plan concerté visant à « inonder » l’Algérie en subsahariens originaires en majorité du Mali mais également du Niger, du Burkina Faso, du Cameroun, de la Guinée et de la Côte d’Ivoire, et cela dans le but de les exploiter ultérieurement et suppléer ainsi les précédents complots qui ont échoué en Algérie depuis le déclenchement de ce qui a été baptisé « le printemps arabes ».

Il s’agit en effet d’un flux inhabituel de migrants qui se déploie dans les villes du sud avant de se disséminer par petites doses dans les villes du Nord et dans tout le pays.

Ces migrants occupent les endroits isolés, les locaux désaffectés et s’impliquent, pour les hommes, dans les chantiers des travaux publics et dans l’agriculture et, pour les femmes, la mendicité avec l’aide de leurs enfants.

Ces « experts » expliquent que dans « les guerres de cinquième génération » on se base sur les morcellements qui existent à l’intérieur des États que l’on a l’objectif de « casser » et que toutes les craintes sécuritaires concernant les migrants africains sont parfaitement légitimes.

Ils signalent les découvertes dans le sud du pays de réseaux africains en possession de matériel de communication ultra sophistiqué qui, selon eux, explique un lien avec des services de renseignements étrangers.

Ils mettent en cause Joseph Calibri, un officier « franco-sioniste » et donne comme exemple de cette stratégie la thèse théorisé dans les années 1990, par le « franco-sioniste » Bernard Kouchner, dans le but de morceler l’Irak.

Le ministre de l’Intérieur, Noureddine Bedoui, a appelé l’Europe à assumer ses responsabilités dans ce drame humanitaire, qui devient de plus en plus sécuritaire, car l’Algérie est passée de pays de transit à pays de résidence pour ces millions de migrants.

Selon lui, « les droits de l’homme » sont un problème global qui nécessite une coordination totale.

Ces réflexions, justifiées ou non, d’un pays « ami » du président Macron, devraient l’inspirer sur ce sujet qui est d’actualité pour lui : « la reconduite aux frontières de dizaines de milliers de migrants clandestins africains ».

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 1